Ombres et ténèbres

Johnny Depp retrouve Tim Burton

Le 5 mai 2012 à 6:30

Tim Burton et Johnny Depp © Getty Images
Isabelle Hontebeyrie / Agence QMI

Johnny Depp et Tim Burton collaborent pour la huitième fois. Cette fois-ci, c’est dans Ombres et ténèbres, adaptation cinématographique de la série télévisée du même nom.

«J’incarne Barnabus Collins, maudit par une sorcière à la suite d’une histoire d’amour tragique à la fin du XVIIIe siècle. Elle m’enferme dans un cercueil pendant 200 ans et j’en suis libéré accidentellement», a résumé Johnny Depp.

Barnabus se retrouve donc en 1972, dans la demeure familiale, au milieu de ses descendants... qui forment une famille plutôt dysfonctionnelle.

À l’origine, Ombres et ténèbres était une série télévisée diffusée dans les années 70. Aussi bien Tim Burton que Johnny Depp, et même Michelle Pfeiffer, en étaient des amateurs forcenés. «Il n’y avait rien de semblable à l’époque, a dit Depp. Les vampires, les sorcières, les fantômes... J’ai toujours aimé le genre. Quand j’ai eu le projet en main, je m’y suis cramponné.»

Car Johnny Depp ne se contente pas de jouer, il est aussi producteur du long métrage et a eu l’occasion de collaborer, d’une manière différente, avec son vieux complice Tim Burton. «Quand est venu le temps de choisir un réalisateur, c’est lui qui s’est imposé naturellement», s’est souvenu le comédien, vu la dernière fois dans Rhum Express.

«Sans Tim, nous n’aurions jamais réussi à faire ce qu’on voit à l’écran, tant au niveau du ton, que de l’atmosphère et de l’humour. <»

Toutefois, les fans de la série télé auront droit à des changements notables. «Nous avons pris la série et avons accru ce monde et la réalité de ce qui est présenté. Par contre, nous sommes toujours sur la fine ligne qui sépare le “soap opera” de la réalité. L’histoire se déroule en 1972, la pire époque d’un point de vue visuel. Du coup, tout est absurde!»

«Pour une fois, c’est Johnny qui est venu me trouver avec le projet, s’est exclamé Tim Burton. Ce qui m’a intéressé dans Ombres et ténèbres, c’est la dynamique familiale et les mélodrames que se créent les Collins.»

Making-of...

Le célèbre cinéaste, dont l’œuvre a récemment fait l’objet d’une rétrospective à Paris, a tout supervisé, y compris le maquillage hallucinant de Johnny Depp. Ainsi que le précise Joel Harlow, le chef maquilleur chargé de la transformation de l’acteur en vampire, «Tim tenait à ce que Barnabus soit quelqu’un de très tactile. Ses doigts ont donc été allongés et ils se terminent par des ongles pointus.»

«Les mains m’ont vraiment aidé à rendre le personnage de la manière dont je le souhaitais... même s’il a fallu que je réapprenne à toucher et à prendre des objets avec ces prothèses!», a raconté Johnny Depp.

Ombres et ténèbres hantera les salles obscures du Québec à compter du 11 mai.

Voyez notre galerie photos sur 7 grandes collaborations entre Depp et Burton.

Commentaires :
commentaires