Isabelle Racicot

Déjà 15 ans de métier

Le 25 avril 2012 à 23:45

© Bruno Petrozza
Guillaume Picard

Isabelle Racicot vient de célébrer son 40e anniversaire de naissance. Elle profite d’une pause de la télévision pour «être une mère à temps plein et cuisiner beaucoup de biscuits» pour ses fils Christophe, 8 ans, et Julien 5 ans.

«Je suis en congé avec les enfants, ça fait énormément de bien, a dit l’animatrice. La saison de football des garçons recommence, ils jouent tous les deux maintenant. Ça va me tenir occupée.»

La mère de famille est-elle tiraillée par tous les engagements qui la tiennent souvent loin du bercail?

«Le bonheur se trouve dans les deux facettes, travailler et être mère. Je ne serais pas capable d’être plus une que l’autre.»

«Oui, mais quand je regarde l’année au complet, les moments où je travaille beaucoup, je fais le plus d’efforts possibles pour être avec eux, et là j’ai un bon quatre mois où je suis plus à la maison, alors ça balance, ça compense. En fait, le bonheur se trouve dans les deux facettes, travailler et être mère. Je ne serais pas capable d’être plus une que l’autre.»

Ça finit bien la semaine: remue-méninges pour la troisième saison

Quinze ans après ses débuts dans le monde de la télé – c’était en 1997 à titre de recherchiste pour l’émission Box Office de MusiquePlus –, Isabelle entamera à l’automne la troisième saison du talk-show Ça finit bien la semaine, à l’antenne de TVA.

«Les cotes d’écoute ont augmenté cette année, mais on veut aller plus loin, on se questionne en ce moment en équipe à savoir ce qu’on garde, ce qu’on change. C’est excitant, car TVA veut que l’émission colle encore plus à ma personnalité. Nous en sommes vraiment à l’étape de la préparation, nous sommes en plein remue-méninges.»

Reviendra-t-on avec la formule des coanimateurs, qui a permis à Isabelle Racicot d’accueillir un copilote différent chaque semaine ou aux deux semaines?

«Les gens ont beaucoup apprécié de voir les Mario Tessier, Éric Salvail, Marie-Claude Savard et Patricia Paquin à mes côtés pour les interviews, c’était pratiquement comme un invité de plus. Pour moi aussi, c’est agréable, car ce sont des gens que j’ai choisis, avec lesquels je voulais travailler. Mais on va voir pour l'an prochain.»

Comme elle se concentrera sur Ça finit bien la semaine à la rentrée – après avoir décidé de laisser son fauteuil de Deux filles le matin –, elle pourra mener de nouveaux projets à bon port.

«Je ne veux pas en prendre trop, mais je veux m’impliquer davantage dans Ça finit bien la semaine. Je voulais aussi arrêter de repousser certains projets que j’aimerais enfin réaliser, tant au niveau professionnel que personnel. Le temps viendra où je pourrai en dire plus.»

Isabelle pourrait un jour se lancer dans la production, mais son dada, ce sont les grilles horaires.

«J’adore ça! La direction des programmes, les stratégies concernant les grilles, ça m’intéresse depuis des années. Je regarde ça de près, car ça m’intrigue.»

 

 

Commentaires :
commentaires