Jasmin Roy

Au coeur de l'intimidation

Le 18 septembre 2013 à 11:15

Jasmin Roy
© Pascale Lévesque / Agence QMI
Sandra Godin / Agence QMI

Jasmin Roy s’intéresse à l’intimidation avec la série documentaire Intimidés, particulièrement poignante, qui décortique les histoires souvent complexes des victimes, mais aussi des agresseurs.

L’un des épisodes de la série documentaire diffusée tous les lundis à partir du 23 septembre à Canal Vie, Ma douloureuse différence, a été dévoilé mardi aux médias au Centre du Père Sablon, à Montréal.

Jasmin Roy et Sébastien Désy, un jeune de 19 ans qui raconte à la caméra l’enfer qu’il a vécu au primaire et au secondaire, étaient présents.
 
La dure réalité est racontée par l’intermédiaire de témoignages de jeunes qui s’en sont sortis, d’intervenants, de membres de leur entourage, mais aussi d’agresseurs. Des scènes fictives recréent l’univers dans lequel les jeunes sont plongés. Un bel équilibre entre la fiction et la réalité qui permet de saisir l’ampleur du phénomène.
 
Parmi les témoignages, des sommités en éducation viendront appuyer les propos et expliqueront comment prendre le problème en charge, ainsi que l’importance de le faire.
 
Pour mieux analyser le problème, la série animée par Jasmin Roy se décline en six épisodes d’une heure sur la cyberintimidation, l’homophobie, l’intimidation entre filles, les intimidateurs et l’intimidation au primaire.
 
Dans le 4e épisode, Intimidés donne la parole aux agresseurs, mais leur recrutement a été difficile, «car il y a moins de compassion pour eux», selon Jasmin Roy.
 
«Ç’a été le plus grand défi, a-t-il reconnu. Vous n’aurez jamais vu cela. Je crois que le téléspectateur va se sentir interpellé.»
 
«On va réaliser à quel point eux aussi sont souvent mal accompagnés, ont besoin d’aide, a poursuivi l’animateur. Pas toujours, car il existe des agresseurs qui le font juste par popularité, mais on comprend plus le problème. Ce sont des jeunes qui, à un moment donné, comprennent. Ils réalisent qu’ils sont en train de détruire des vies.»
 
La Fondation Jasmin Roy célébrera bientôt ses trois ans d’existence.
 
«Il y a encore du chemin à faire, mais on a fait des pas de géants, a confié son fondateur. Il manque encore des ressources dans les écoles et de la formation continue. Mais je sens vraiment depuis trois ans qu’il y a une évolution.»
 
Avec ses projets pilotes, la fondation a pu enregistrer «une baisse significative» de la violence faite dans les écoles.
 
L’animateur a invité toute la famille à regarder la série.
 
«C’est pour la famille au complet, mais que tu aies des enfants ou pas, c’est inspirant, a-t-il assuré. Tu t’assois devant ce documentaire et tu vois des jeunes trouver des solutions et s’en sortir.»
 
 

Commentaires :
commentaires